Tom Hanks : L’antistar

06 Juillet 2011


A 55 ans, l’acteur réalise son deuxième film, une sympathique romance avec Julia Roberts.

Acteur respecté, Tom Hanks est resté simple et accessible. En interview, mais aussi lorsqu’il réalise. Petit budget, jeunes acteurs inconnus, sujet réaliste et contemporain, il ne s’est accordé aucune folie dans Il n’est jamais trop tard, son deuxième film en tant que réalisateur. Sauf une : c’est Julia Roberts qui joue sa dulcinée !

Produire, écrire, jouer, réaliser… C’est beaucoup pour un seul homme ?
Que voulez-vous ? Je suis un peu mégalo sur les bords et j’ai la folie des grandeurs ! Comme tous les acteurs, du reste. Franchement, si j’avais laissé quelqu’un diriger ce film à ma place, je n’aurais pas pu m’empêcher de mettre mon grain de sel partout.

Avez-vous toujours envisagé Julia Roberts dans le rôle de la prof ?
J’ai pensé à elle bien avant de la rencontrer sur le tournage de La Guerre selon Charlie Wilson et qu’elle ne devienne mon amie. Julia est une véritable icône. Dans l’industrie du cinéma, la règle est simple : quand vous avez un acteur avec mon « statut » dans le premier rôle masculin, il faut qu’un équivalent féminin lui donne la réplique.
Etudiant, étiez-vous aussi appliqué que votre personnage ?Non, mais aucun de mes profs n’avait le corps et le visage de Julia. Ça m’aurait motivé. Plus sérieusement, je ne travaillais que dans les matières que j’aimais. J’ai fait de la zoologie, de la sociologie et plein d’autres trucs mais je ne me souviens que de mes cours de théâtre et d’expression orale. Je n’étais pas vraiment un élève modèle.

Votre père était cuisinier dans la Navy. Jouer un cuistot, c’est lui rendre hommage ?
Pas vraiment, car mon père détestait autant l’armée que travailler en cuisine. En revanche, il connaissait tous les propriétaires des restos de notre région. Nous n’entrions jamais par la salle mais par les cuisines, et j’étais fasciné par tous ces mecs derrière les fourneaux. Ces images sont mes madeleines de Proust.

Que feriez-vous si vous deviez changer de vie ?
J’ai 55 ans et si on ne voulait plus de moi au cinéma, je prendrais ma retraite et j’en profiterais pour passer du temps avec mes enfants et mes petits-enfants. En tout cas, je ne m’acharnerais pas à tourner pour tourner. Il y a des choses plus importantes pour moi à ce stade de ma vie.

Par Maryline Letertre

Source : France Soir