CRITIQUE. "Capitaine Phillips" : Tom Hanks affronte des pirates somaliens

18 Novembre 2013


L'acteur américain incarne, dans le nouveau film de Paul Greengrass, un commandant de navire marchand confronté à des pirates venus de Somalie. Un histoire vraie à découvrir cette semaine dans les salles.

"Capitaine Phillips", avec Tom Hanks, qui sort mercredi dans les salles, fait partie de ces films qui ne vous lâchent pas du début à la fin. Il porte un regard sur les actes de pirateries dans le Golfe d'Aden et plus particulièrement au large des côtes somaliennes en se basant sur l'histoire vraie de l'abordage en 2009 par un commando de quatre hommes d'un navire marchand américain, le Maersk Alabama.

Adapté du livre de Richard Phillips, le capitaine qui a eu à affronter les pirates somaliens, et Stephan Talty, le film prend évidemment en compte le point de vue du marin. Mais Paul Greengrass n'a pas voulu s'en contenter, il a décidé d'aller plus loin en tentant d'expliquer les raisons qui poussent ces hommes vivant dans un pays décimé par la guerre civile et surtout de savoir qui ils sont. Sans excuser pour autant ces actes et les traumatismes qu'ils engendrent, le réalisateur s'attache à montrer que finalement, ils ne sont que de simples exécutants tentant de s'extraire un peu de la misère de leur pays, sous la coupe de chefs de guerre bien plus puissants.

Tout comme il s'abstient de porter un jugement sur les actes des assaillants du cargo, Paul Greengrass ne porte pas en héros son capitaine, il conserve tout ce qui fait de lui un être humain, animé par son instinct de survie. La scène finale n'en est que plus juste. A ce titre, il faut saluer l'interprétation, comme souvent, impeccable d'un Tom Hanks, impressionnant de bout en bout, prouvant, une fois de plus, qu'il reste ce grand acteur intemporel.

Ancien documentariste, Paul Greengrass a toujours eu le souci du réalisme dans tous ses longs métrages, qu'il s'agisse de "Vol 93", "Green Zone" ou les thrillers "La Mort dans la peau" et "La Vengance dans la peau", "Capitaine Phillips" n'y échappe pas avec ses scènes tournées en pleine mer sur un vrai navire marchand. Dès les premières images, le réalisateur installe un climat anxiogène. Le spectateur est happé par cette histoire passionnante, il est plongé au cœur de l'action, vibre en même temps que son personnage principal, éprouve les mêmes doutes, les mêmes sentiments. Le résultat est un thriller ultra-efficace, aidé par une mise en scène dynamique, qui ne s'embarrasse guère du superflu.

Par Olivier Corriez

Source : MyTF1