Tom Hanks vogue vers l’Oscar

20 Novembre 2013


Il impressionne dans « Capitaine Phillips », où il joue un marin pris en otage par des pirates.

Tom Hanks très mal embarqué. Dans « Capitaine Phillips », le réalisateur Paul Greengrass revient sur l’assaut de pirates somaliens contre un cargo américain en 2009.
Après avoir tenté de prendre l’équipage en otage, ceux-ci avaient quitté le cargo dans un canot de sauvetage, emmenant avec eux le capitaine Phillips.

Il fut sauvé in extremis par l’intervention de la marine américaine. Entretien avec l’acteur américain de 57 ans, qui devrait faire partie des candidats à l’Oscar pour son rôle impressionnant.

Avant le tournage, avez-vous rencontré le vrai capitaine Richard Phillips ?
Oui. C’est une célébrité aux Etats- Unis. Son histoire, celle d’un homme ordinaire pris dans un événement extraordinaire, en a fait un héros comme on les aime chez nous. D’ailleurs, il m’a davantage parlé de l’ouragan qu’il avait traversé pendant six heures aux commandes d’un cargo en plein milieu du Pacifique. Ça semblait plus le terrifier que ce qu’il avait vécu lors de la prise d’otages. Pourtant, son calvaire a duré cinq jours et vingt-deux heures. Il avait peur, faim, soif. Un cauchemar. Il a été frappé, ligoté, menacé de mort par le plus grand des terroristes avec un pistolet sur le front. Certains d’entre eux étaient drogués. Malgré cela, le capitaine Phillips m’a aussi raconté qu’il avait quand même continué à dialoguer avec les pirates dans les situations les plus dures.

Le réalisateur Paul Greengrass est réputé pour être un metteur en scène hypperréaliste…
Tout ce qui est montré dans le film correspond à la réalité et surtout nous renseigne sur la piraterie internationale. J’ai très vite compris qu’il chercherait à donner à mon personnage et à mes partenaires le plus de crédibilité possible. Il arrivait qu’on tourne des séq uences de plus de quinze minutes. On improvisait beaucoup au point que j’oubliais totalement les trois caméras qui filmaient.

Certains vous prédisent déjà un Oscar…
J’avoue que ce serait plutôt sympa de mettre mon smoking et d’aller participer à cette magnifique soirée avec ma femme (NDLR : l’actrice Rita Wilson) et d’y retrouver mes amis comme dans le passé (NDLR : Tom Hanks a reçu deux Oscars pour « Philadelphia » et « Forrest Gump »). On verra bien.

Vous paraissez très amaigri. Or vous avez révélé récemment que vous étiez devenu diabétique…
Oui. C’est malheureusement le cas. Depuis une vingtaine d’années, j’ai trop fait le yo-yo avec mon corps, grossissant puis maigrissant pour les besoins de mes rôles. Mon médecin m’avait dit il y a dix ans que j’avais sans doute une prédisposition génétique. Et là, à l’occasion d’une banale visite médicale, il m’a annoncé que j’avais un diabète de type 2. Pas étonnant car, comme tout Américain, j’ai mangé n’importe quoi toute ma vie, et surtout des aliments contenant trop de sucre. Désormais, je consomme des produits plus naturels, sans OGM. Et, très franchement, je me sens en grande forme.

Par Alain Grasset

Source : Le Parisien