Spielberg sur les sentiers de la guerre

06 Septembre 2010


Ils sortaient à peine de l'enfance, n'avaient jamais quitté leur Pennsylvanie natale, conduisaient des tracteurs ou livraient des journaux. Il y a 65 ans, ils ont embarqué pour de lointaines îles du Pacifique où ils ont sacrifié leur jeunesse et, pour certains, leur vie, afin de défendre une certaine idée de l'Amérique. Steven Spielberg et Tom Hanks rendent hommage à ces héros dans la série «The Pacific», lancée ce lundi soir sur Canal +.

Cette fiction sur le quotidien de jeunes marines engagés dans la guerre du Pacifique, depuis Pearl Harbour en 1941 à la capitulation du Japon en 1945, est basée sur les Mémoires de deux soldats, Eugen B. Sledge (interprété par Joe Mazzello, qui tourne actuellement The Social Network de David Fincher) et Robert Leckie (James Badge Dale, partenaire de Kiefer Sutherland dans 24 Heures chrono) ainsi que sur les récits des exploits de John Basilone (Jon Seda, apparu dans Dr House). Des sources d'inspiration qui donnent de la chair à ce film de guerre qui emporte les téléspectateurs, même ceux qui ne sont pas fans du genre.

Sept années de préparation, un budget de 200 millions d'euros, dix mois de tournage en Australie, cinq réalisateurs dont Carl Franklin (Rome) la série joue la carte du réalisme. Le capitaine Dale Dye, le consultant militaire le plus couru de Hollywood, a personnellement préparé les acteurs à un tournage épuisant: «Avant chaque épisode, je leur enseignais la topographie et les enjeux des combats», explique-t-il. Les comédiens ont passé deux à trois semaines au «Boot Camp» où le militaire à la retraite les a mis en condition: «Je voulais qu'ils comprennent physiquement, psychologiquement et émotionnellement par où sont passés les soldats. Fini le portable, la loge et tout le toutim. Je les ai sortis de leur confort, isolés, épuisés. Je leur ai appris la douleur.»

Mission accomplie. Les acteurs ont touché du doigt l'enfer que leurs compatriotes ont vécu pour de vrai pendant quatre ou cinq ans au milieu du Pacifique. Côté costumes, les 3.000 uniformes utilisés dans le film ont été spécialement fabriqués en Inde sur des machines à tisser anciennes afin de reproduire l'aspect des habits militaires des années 1940. L'historien Hugh Ambrose (le fils de Stephen Ambrose, auteur du livre Band of Brothers que Spielberg et Hanks ont adapté en série) a veillé à l'authenticité des armes, à l'exactitude du placement des troupes lors des débarquements, à la véracité des grandes batailles comme Guadalcanal ou Iwo Jima. Une plongée dans le chaos, superbe et éprouvante, dont on se remet avec peine.

Par Muriel Frat

Source : Le FIgaro